Un changement de politique vis-à-vis de Cuba "ne fait pas partie des priorités de Biden"

Banderas EEUU&Cuba

Un changement de politique vis-à-vis de Cuba « ne fait pas partie des priorités « de Biden, estime la Maison Blanche 
La porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a exclu mardi qu’un changement d’attitude de Washington à l’égard de Cuba fait actuellement partie des priorités du président des États-Unis, Joe Biden , malgré le fait qu’il y a des semaines, il a ordonné une révision de la politique vis-à-vis de Cuba. « Un changement de position sur Cuba ne fait pas actuellement partie des priorités du président Biden, mais nous sommes déterminés à faire des droits de l’homme un pilier fondamental de la politique américaine « a confirmé Psaki lors d’une rencontre avec la presse .Cependant, l’administration Biden analyse une décision de dernière minute de son prédécesseur Donald Trump : la rentrée du gouvernement de La Havane sur la liste des promoteurs internationaux du terrorisme, dont Cuba avait été retiré en 2015 par l’administration Obama. 
Les remarques de Psaki interviennent une semaine après qu’un groupe de quatre-vingts membres du Congrès démocrate a envoyé une lettre à Biden demandant un changement vers les politiques et restrictions « cruelles « imposées par Washington sur l’île lors de la précédente administration de Donald Trump. (voir brève suivante )

Quatre-vingts membres du Congrès démocrate envoient une lettre à Biden lui demandant de renverser les politiques « cruelles » de restriction imposées à Cuba
Le texte, qui appelle à renouveler le dialogue « productif « avec le gouvernement cubain, a rappelé au président que « d’un trait de plume il peut aider les familles cubaines en difficulté et promouvoir une approche plus constructive en revenant rapidement à la politique d’engagement. et normalisation des relations ». Les membres du Congrès Bobby Rush de l’Illinois, Gwen Moore du Wisconsin et Barbara Lee de Californie sont parmi les principaux signataires de la lettre, selon les informations de l’agence de presse Bloomberg. Rush, pour sa part, a présenté un projet de loi visant à ouvrir les relations et les marchés entre Américains et Cubains. 
La lettre intervient après que Biden ait ordonné un examen des politiques de Trump à l’égard de Cuba. Cette analyse est menée par l’Agence nationale de sécurité. En outre, au cours de sa campagne, Biden a assuré qu’il lèverait certaines des restrictions sur les voyages et le commerce entre les deux pays et qu’il renouerait avec les négociations diplomatiques.Cependant, cela pourrait être rejeté par les secteurs anti-cubains au Congrès. Les députés démocrates, pour leur part, ont insisté sur des termes humanitaires et économiques et ont souligné que « les décrets exécutifs mis en œuvre par l’administration Trump ont resserré les sanctions à des niveaux jamais vus depuis des décennies ». Ces restrictions, ont-ils expliqué, se sont produites à un moment où « les Cubains faisaient face à une grave pénurie de nourriture et de médicaments exacerbée par leur fermeture économique préventive, ce qui a contribué à limiter la propagation du coronavirus « .Ainsi, ils ont déclaré qu’ils appuyaient un « effort plus global pour approfondir l’engagement et la normalisation, qui comprend la reprise de l’engagement diplomatique directement avec le Gouvernement cubain, tant à des niveaux plus élevés que par la réorganisation des ambassades dans les deux pays. » .

Article original publié par Cuba Coopération France