L'administration Biden fait surgir à la fois des espoirs de changement mais aussi de l'incertitude et des doutes.

Ernesto Dominguez Lopez

Ernesto Dominguez, un des orateurs du webinair du 11 03 21, nous a envoyé un petit texte sur le thème de son intervention.

Les relations entre Cuba et les États Unis constituent un système complexe avec des dimensions multiples et une longue histoire.  En plus des liens et des contradictions politiques ainsi que des liens économiques changeants, il faut ajouter les connections sociales, familiales et culturelles. Le phénomène migratoire – qui a pu s'observer pendant des siècles – a créé des communautés transfrontalières dont les relations ont été profondément affectées par les politiques gouvernementales. Les transferts d'argent font partie intégrante de cette réalité et constituent de fait une composante des dynamiques économiques cubaines et particulièrement en temps de crise.
Par ailleurs, les possibilités de transactions commerciales avec Cuba ou orientées vers Cuba, représentent un secteur significatif de l'économie locale de Miami, où réside la plus grande population d'origine cubaine, en dehors de l'île. D'autre part,  cette relation bi-directionnelle entre les deux pays a amené des pratiques culturelles américaines à Cuba et à l'inverse des pratiques cubaines aux États Unis. avec des zones où ces influences sont plus marquées.

Pour les autorités cubaines, les relations avec les États Unis constituent un sujet central et extrêmement  compliqué si on prend en compte les différents aspects et répercussions.  Le blocus et la base navale de Guantánamo, qui concrétisent la politique américaine envers Cuba, sont des points de conflit qui perturbent tout processus de normalisation.
 Dans ce contexte, l'administration Biden fait surgir à la fois des espoirs de changement mais aussi de l'incertitude et des doutes. Tout cela  dans un cadre de conflit qui dépasse une présidence et est enraciné au cœur même des projets nationaux des deux pays.